Onction des malades

Onction des malades

Le Dimanche 9 février 2014 sera le dimanche de la santé autour du thème : « un chemin de confiance ». Au cour de la messe de 9h30 à l’église Ste Marguerite Marie, route de St Yan, sera proposé le Sacrement des malades à tous ceux qui en auront fait la demande. Vous pouvez vous adresser, rapidement, à la personne qui vient vous visiter, ou à Marie-Reine Pallot (03.85.81.28.67) ou à Sœur Bozena (09.50.03.85.76).

La grâce propre de ce sacrement sera le soulagement du malade dans sa souffrance, pouvant éventuellement aller jusqu’à sa guérison. Plus profondément, cette grâce consistera pour le malade à savoir qu’il ne souffre pas seul, mais que le Christ souffre avec lui et près de lui, selon la parole de l’Évangile : « Le Christ a pris sur Lui nos infirmités et s’est chargé de toutes nos maladies » (Mat 8, 17, citant Isaïe 53,4). Plus profondément encore, le malade, par sa souffrance, est associé à la Passion et à la Croix du Christ, offrant cette souffrance pour le Salut du monde et de tous ceux qui sont écrasés par la souffrance.

Cette union à la Passion du Christ donne ainsi un sens nouveau à la souffrance corporelle. Elle reste certes un mal que nous devons combattre par toutes les ressources de la pratique médicale, mais, en même temps, elle prend la signification d’un acte d’amour qui nous fait participer à la valeur rédemptrice du sacrifice de la Croix.
Parce que la vie nouvelle de la grâce, reçue au baptême, n’a pas supprimé la faiblesse de la nature humaine, ni l’inclination au péché, le Christ a institué ce sacrement pour la conversion des baptisés qui se sont éloignés de lui par le péché.
Le Christ ressuscité a institué ce sacrement quand il est apparu à ses apôtres, le soir de Pâques, et qu’il leur a dit : « Recevez l’Esprit Saint ; tout homme à qui vous remettrez ses péchés, ils lui seront remis ; tout homme à qui vous maintiendrez ses péchés, ils lui seront maintenus ». Abrégé du Catéchisme de l’Eglise Catholique – n°297 & 298